Le Diamant : un investissement ?

 

Le diamant a depuis toujours l’image d’un placement sûr et les sociétés qui proposent du « diamant d’investissement » sont aujourd’hui légion. Elles ventent les mérites d’un d’investissement parfait, défiscalisé (à hauteur de 5 000 euros), et à haute rentabilité. Mais comme l’autorité des marchés financiers l’a récemment rappelé, il s’agit d’un placement très risqué. Consulter le communiqué de l'autorité des marchés financiers

 

Le diamant d’investissement dans les années 1970

 

Le prix d’un diamant n’est pas tant lié à sa rareté qu’à la facilité de le négocier. En effet, il s’agit d’une matière parfaitement codifiée, simple à comprendre, même pour un non initié. Déjà dans les années 70, une bulle spéculative s’était créée autour du diamant qui était alors vendu, y compris par les banques, comme un placement parfait.

De nombreuses personnes ont à cette époque acheté des diamants dans tous les poids et qualités en pensant faire un bénéfice rapide et important. Mais la réalité fût bien différente… En 1985 cette bulle éclata et le prix du diamant s’effondra. Impossible dans ces conditions de revendre les pierres…Les propriétaires durent se résoudre à garder les pierres en attendant que le cours remonte suffisamment, ce qui n’est toujours pas le cas.

Puis l’informatique fit son apparition et les proportions des diamants furent optimisées afin d’en maximiser l’éclat, entrainant alors une retaille des diamants taillés jusque-là. Les proportions idéales nécessitent en effet de tailler des pierres plus profondes et d’un diamètre moindre que les diamants taillés dans ces années. Amener un diamant des années 70 aux proportions actuelles afin de le remettre sur le marché nécessite donc une retaille qui entraine une perte de poids de l’ordre de 20 à 30% dans le pire des cas.

Tant et si bien qu’un diamant acheté dans les années 70 à 80, ne vaut aujourd’hui à la revente pas plus du tiers de son prix d’achat de l’époque (sans même tenir compte de l’inflation). Il est cependant bon de préciser que les proportions parfaites d’un diamant sont désormais bien arrêtées et ne changeront pas à l’avenir.

 

Le diamant d’investissement depuis les années 2 000

 

Après s’être redressé lentement jusqu’au début des années 2 000, le cours connut une forte hausse. Mais comme toutes les matières premières le cours du diamant connait des hausses, parfois fortes sur de courtes périodes, mais connait également des baisses tout aussi importantes et rapides.

Comme vous pourrez le constater sur les graphiques en bas de page, le cours du diamant a fortement grimper jusqu’en 2009 puis a connu une baisse significative suite à la crise financière. Il a ensuite connu une nouvelle phase de forte hausse de 2010 à 2012. Mais les hausses qu’a connues le diamant durant les années 2000 n’étaient soutenues que par l’importante demande chinoise. Depuis 2012, le ralentissement de son activité et les récentes lois anti-corruption ont impacté directement le marché du diamant. Les pierres de 1 carat ont par exemple perdu près de 30% de leur valeur.

Ainsi la hausse sur 10 ans n’est en réalité que de 50 à 60% ! Et ceci ne concerne que les diamants les plus blancs et les plus purs de plus d’un carat. Les pierres de qualité courante ou d’un poids faible ont augmenté d’à peine 10 à 15 % sur dix ans.

 

Qu’en est-il réellement de la revente des diamants

 

Lorsqu’un particulier achète un diamant chez un négociant, il l’achète au prix du cours, à 5 ou 10% près. Mais il n’est généralement pas fait mention du fait que lorsqu’un particulier revend ce diamant, les négociants lui offrent au mieux 50% du cours (et bien moins la plupart du temps). Comme nous le disions plus haut, le diamant n’est pas si rare que cela et un négociant trouvera sans problème un diamant équivalent à celui qui lui est proposé. Il faut donc qu’il trouve un intérêt financier à le mettre en stock sans savoir quand il aura une demande pour cette pierre.

Ainsi, une pierre qui valait 20 000 dollars au cours il y a 10 ans vaut effectivement 30 à 32 000 dollars aujourd’hui selon ce même cours, mais sera achetée à 15 000 dollars au maximum, soit une perte d’au moins 20% sur dix ans…

Ajoutons que le cours du diamant s’exprime en dollars, ce qui peut impacter fortement son prix en euros. Ainsi, si l’on achète un diamant lorsque le dollar est fort, et que l’on revend ce diamant lorsque le dollar est faible, la perte est d’autant plus importante.

 

Les conclusions à en tirer

 

Seuls les diamants de 4 carats et plus dans les plus belles qualités ont vu leur cours grimper suffisamment en dix ans pour ne pas engendrer de pertes. Ainsi, on peut en 2017 espérer revendre un diamant de 4 ou 5 carats à son prix d’achat de 2007, mais en aucun cas faire un bénéfice.

Le diamant reste une valeur refuge sur le long terme, mais en aucun cas un placement. Contrairement à ce que nombre de diamantaires et de soi-disant sociétés de placement prétendent, il est strictement impossible pour un particulier de dégager un quelconque bénéfice à court ou moyen terme en achetant du diamant, et encore moins en achetant des pierres à moins de 5 000 euros.

Pour qu’une pierre prenne de la valeur, il doit s’agir d’une matière qui deviendra rare dans les années à venir, ce qui n’est pas encore le cas du diamant.

 

D’autres pistes ?

 

Les trois autres pierres précieuses se font quant à elles de plus en plus rares dans les belles qualités. Les rubis de Birmanie, les saphirs du Cachemire, ou les émeraudes de Colombie sont aujourd’hui devenus aussi rares que coûteux. Leur prix dépasse 200 000 dollars par carat pour les plus beaux spécimens de saphir ou d’émeraude, et atteint le million de dollars (toujours par carat !) pour les rubis de Birmanie les plus rares.

Mais tous les gisements suivent la même voie. Les techniques modernes d’extraction permettent de vider en une dizaine d’année à peine un gisement qui a mis des centaines de millions d’années à croitre. Ainsi, les saphirs de Ceylan et Madagascar de très belle qualité sont déjà difficile à trouver, et les rubis du Mozambique ne suffisent pas à compenser l’effondrement de la production birmane. En à peine cinq ans, le prix des plus beaux saphirs a été multiplié par deux ; celui des rubis par trois.

Dans le cas des émeraudes naturelles, la hausse est elle aussi très aussi forte, mais il impératif d’être très vigilant. Plusieurs sociétés proposent depuis ces dernières années des émeraudes traitées comme placement. En effet, le traitement à la résine n’est pas toléré en Europe alors qu’il l’est en Chine et aux Etats-Unis. Ces sociétés proposent ainsi des émeraudes traitées dont le prix parait très alléchant, sans préciser qu’il sera impossible de les revendre à un négociant européen. Ces sociétés ont d’ailleurs elles-aussi fait l’objet d’une mise en garde de la part de l’autorité des marchés financiers.

Pour finir, notons que le prix des trois pierres précieuses de couleur n’a jamais connu la moindre baisse. L’achat d’une pierre de couleur nécessite cependant d’être bien conseillé. Il n’existe pas de normes aussi précises que dans le diamant et pas plus de cours officiel. Les critères de qualité et de prix sont eux aussi plus nombreux. Il est donc primordial d’être accompagnée dans cette démarche par de véritables professionnels, spécialisés dans les pierres de couleur, qui sauront vous expliquer la matière et qui seront à même de vous proposer de véritables pierres de placement à leur juste prix.

Rappelons enfin que les pierres précieuses doivent rester un placement secondaire destiné à diversifier ses investissements. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’information.

 

 

cours diamant 1 carat

Cours des diamants ronds de 1 carat (Dollars par carat)

 

cours diamant 2 carats

Cours des diamants ronds de 2 carats (Dollars par carat)

 

diamant 3 carats

Cours des diamants ronds de 3 carats (Dollars par carat)

 

cours diamant 4 carats

Cours des diamants ronds de 4 carats (Dollars par carat)

 

cours diamant 5 carats

Cours des diamants ronds de 5 carats (Dollars par carat)